11/06/2011

Fille à papa

images.jpgIl y a Le Pen. Et il y a Marine. Les sondages lui promettent une bonne place à la présidentielle de 2012. Au pire, la troisième. Elle incarnerait aujourd'hui un Front national "dédiabolisé", débarrassé de ses nostalgies antifrançaises ou coloniales: Pétain, la collaboration, l'OAS. Ou même des skinheads. La dame a un certain talent, comme son père. Pour Caroline Fourest et Flammetta Venner, le visage avenant de la fille du vieux chef n'est qu'un masque. Mais le masque de quoi? C'est peut-être sur ce chapitre que cette biographie trouve sa limite. A force de détailler la personnalité d'une Marine qui a fait d'un nom difficile à porter dans l'enfance et l'adolescence, son étendard, les deux journalistes négligent un peu le contexte. Celui d'une mutation partisane qui a fait évoluer ou naître dans toute l'Europe des formations populistes, défendant désormais une identité étriquée contre un pseudo complot favorisant l'islamisation du Vieux-Continent. Les deux auteures évoquent d'ailleurs à deux reprises l'UDC suisse dont Marine Le Pen fait volontiers un modèle pour le FN. Autant dire que ce "nouveau FN" doit moins à cette Marine qu'à la crise et à l'air du temps européen.

La nouvelle jeune d'Arc française veut donc bouter hors de France les envahisseurs. En réalité, elle a surtout fait partir des militants frontistes qui ne se reconnaissent plus dans un parti qu'ils nomment  d'ailleurs le Front famillial. Les militants du FN qui étaient 45 000 en 1998, ne seraient plus qu'une dizaine de milliers, dix ans après. Ce qui n'empèchera sans doute pas Marine Le Pen de faire un score à deux chiffres à la présidentielle de 2012. Il vaudrait mieux pour elle, d'ailleurs, car le parti en quasi faillite aura bien besoin de l'argent public généreusement distribué par la République aux participants des joutes démocratique pour continuer à nourrir la famille. Si on ajoute à cette hémorragie des cadres, un programme construit sur du sable, comme le montrent les deux auteures, le Front national est mal parti. Même si Marine le veut plus séduisant.

 Marine, comme son père et d'autres proches vit du Front national. Avocate, elle fut grassement rémunérée par le parti et attend l'héritage. Son entourage formé par la famille, d'anciens du GUD (le groupuscule d'étudiants d'extrême droite créé pour faire le coup de poing avec les soixanthuitards à Paris), d'anciens mégretistes rentrés aux bercailles et de jeunes bourgeois fêtards prêts à s'encanailler en politique, n'est pas aussi folklorique que celui son père. Le menhir était en effet entouré d'une faune mêlant d'anciens Waffen SS, des curés intégristes, des soldats perdus de l'Algérie française, ou des camelots du roi.  Les plus cultivés d'entre eux appellent Marine, la nightcleubeuse. Pas gentil. Cette famille de la droite radicale, toujours prête à se déchirer, ne rate pas la nouvelle venue: "Marine Le Pen représente par excellence l'ère du vide. Les médias se l'arrachent parce qu'elle est deux fois divorcée, pour l'avortement et le Pacs, ce qui pour eux est un gage de modernité".

 Marine, ce sont les hommes du FN qui en parlent le mieux. Ca va mieux en le disant, non?

"Marine Le Pen" par Caroline Fourest et Fiammetta Venner, Biographie, Grasset, 428 pages, 2011

Commentaires

Je pensais que les journalistes politiques étaient longuement formés à la critique par des connaissances pointues en économie, en politique budgétaire, en gestion d'entreprises, en politique sociale, droit environnemental, etc. A lire cet article, je constate avec un grand dépit que le débat tourne autour des sorties de MLP en boite de nuit, de raccourcis simplistes sur le fait que le front doive plus à la crise qu'autre chose (d'où vient la crise selon vous?), sur le divorce de MLP ... A l'heure où elle est la seule à aborder intelligemment les plus graves problèmes de notre pays, les journalistes feraient mieux d'utiliser sciemment leur esprit critique, si tant est qu'ils en aient un.

Écrit par : oneshotmarine | 11/06/2011

Un article partisan de plus, le combat "anti Marine" est devenu un sport médiatique national, mais si l'on s’intéresse à cette Caroline Fourest et les nombreuses condamnations dont elle a fait l'objet, cette femme a en fait le talent des intellectuels faussaires, titre d'un ouvrage de Jean-Claude Gawsewitch à son sujet qui nous explique le procédé et les méthodes. Nul doute qu'elle serra aussi attaqué et condamné par Mme Le Pen, mais en attendant, comme pour les journaux people, son livre se vend très bien, le business est très rentable et surtout, cela distille dans l'opinion publique un argumentaire anti Le Pen tant attendu ! Et ça arrange bien du monde, l'auteur de cet article, comme beaucoup de partisans qui se moquent pas mal des sources, de l'objectivité, un grand nombre de médias qui plébiscite ce bouquin puisqu'il se vend bien, les adversaires politiques ( UMP, PS, qui ont les mêmes méthodes), tout ceux qui se partagent exclusivement le pouvoir et qui ne veulent surtout pas perdre des places tant convoitées ..., les européistes convaincus, bref une caste.
La seule critique importante pour moi dans tout cela, c'est que l'on nous ramène une fois de plus dans un débat de caniveau et de fond de poubelles (DSK ayant marqué le pas) et plus personne ne parle de politique (la vraie), du bilan des 5 ans Sarko, et plus largement des 30 ans UMPS, des programmes, des propositions, de la dette, du chômage, de la pauvreté ... des difficultés bien réelle des Français qui sont de plus en plus importantes et de la situation dont tout laisse à penser une aggravation inévitable si toujours rien n'est fait, du poids de la mondialisation subit et assumée par l'Europe actuelle à laquelle nos dirigeants actuels se sont totalement soumis (sarko, dsk, segolène, hollande, aubry, Hulot, melenchon, borloo ... Pas un seul pour remettre en question ce système de libre échange incontrôlé ! Et pendant ce temps là, le danger médiatiquement annoncé et sponsorisé (et faisant bien les affaires d'un petit nombre) serrai Marine Le Pen, comme nous l'explique Mlle Fourest au travers de cette analyse farfelu, diffamatoire et ragotarde ! Si la justice voulait réellement empêcher de tel procédé d'exister, elle ne devrait pas condamner cette dame à une simple amende mais à interdire le livre et à reversé l'intégralité des droits d'auteur et émoluments à la victime ! Le journalisme hasardeux, diffamatoire, à scandale, voyeur et irrespectueux ... serrait stoppé net, et pas que pour Mme Le Pen, en passant. Mais l'affaire est bien trop rentable, et pour bien du monde : la justice du fric, la socièté du fric, l’Europe du fric ... c'est un choix !

Écrit par : moi | 11/06/2011

Depuis quelques semaines, plusieurs livres consacrés à ma personne ou au mouvement que je préside sont sortis. Il n’est pas anodin que ces productions fleurissent alors que la Caste politique et médiatique commence à trembler devant ma montée en puissance dans les urnes et dans l’opinion. La Caste commence à prendre peur, voit ses intérêts menacés, et dès lors, missionne ses petits soldats, les plus avides de gloriole médiatique ou d’argent facile, en leur demandant de produire des brûlots anti-Marine Le Pen.
Le caractère haineux et souvent injurieux des ouvrages démontre que le camp de la haine n’est pas celui que les auteurs dénoncent, mais bien le leur. C’est évidemment la haine du peuple qui pousse à vouloir déverser tant de boue sur celle qui aujourd’hui incarne un espoir pour les Français des classes moyennes et populaires, ces Français qui ne vivent pas des rentes du système. Chaque page de ces livres suinte le mépris pour un peuple qui n’obéit pas aux injonctions des puissants et des bien-pensants.
Il est inutile de faire ici l’inventaire des erreurs, des mensonges ou des diffamations que ces ouvrages contiennent, la liste serait trop longue. Ces livres, falsifiant l’intégralité de mon parcours politique et de mes engagements contemporains, totalement dénués de rigueur et de sérieux, sont tellement caricaturaux, vont tellement loin dans leur tentative de diabolisation hors-sol, qu’ils perdent d’eux-mêmes tout crédit et qu’ils seront jugés comme tels, c’est-à-dire des œuvres malhonnêtes. Comme toutes les entreprises frauduleuses, celle-ci s’effondrera d’elle-même. Les auteurs, ni plus que leurs livres ne méritent une attention particulière, d’ailleurs ils ne semblent guère en susciter parmi les Français.
Un seul point mérite qu’on s’y arrête. Intéressant parce qu’il symbolise le totalitarisme intellectuel des auteurs, mais surtout parce qu’il porte en germe une dénonciation de la démocratie qu’on ne peut passer sous silence.
Dans un des livres, les auteurs déclarent révéler mes « arrière-pensées » et mes « non-dits » et fondent leur analyse de mon projet politique sur cette base. Ils partent ainsi de ce postulat saisissant : ce que je dis publiquement devant les Français ne compte guère, et seule vaut véritablement leur propre interprétation de mes paroles ou de mes silences !
Cette prétention ultime est l’aveu d’une terrible impuissance, celle que ressent aujourd’hui la Caste, médusée de voir que mes prises de position rencontrent un succès grandissant dans le débat public, profondément heurtée par l’intérêt que suscitent parmi les Français ma réflexion et mon combat politiques, très certainement inquiète de ce qu’aujourd’hui cette espérance politique se structure, d’une manière durable. « Braves gens, si Marine Le Pen dit juste, c’est qu’elle pense en réalité le contraire, ne soyez pas dupes ! » : cette escroquerie intellectuelle constitue la dernière arme dont peut se servir aujourd’hui une Caste aux abois.
Vouloir organiser le débat politique non plus sur les déclarations et les actions des personnages politiques, mais sur ce que certains exégètes autoproclamés décréteraient être leurs « arrière-pensées », est non seulement une arrogance, mais aussi une terrible menace contre la démocratie. On serait donc passé de la police de la pensée à la police de l’arrière-pensée. Quel mépris pour l’intelligence collective que d’en arriver à un tel dogmatisme ! Quel dédain pour la capacité des Français à se situer politiquement ! Bref, quelle haine du peuple !
Cette haine du peuple justifie encore davantage l’engagement politique qui est le mien, ma volonté de m’adresser chaque jour aux Français en toute liberté, de travailler à leur service, loin des intérêts d’une Caste qui doit cesser d’infantiliser et d’asservir le peuple.
Marine Le Pen

Écrit par : marie | 11/06/2011

il est facile de démolir quelqu'un, ce n'est pas forcément à l'honneur de celui qui écrit, et pour le compte de qui? Que'elle est cette liberté de pouvoir dire n'importe quoi? Toute mon amitié à la victime.

Écrit par : bollard | 11/06/2011

Fille a papa ou pas, Marine le pen donne un excellent exemple de réalisme et de bon sens, qui manque tant aux leaders des autres partis adverses.
Rien qu a voir l endettement de la France et dans le contexte de crise finançiére rampante mais inévitable, il n en faudrait pas beaucoup pour que le pays se retrouve au régime sec, comme le sont à présent la Gréce, l Irlande et derniérement le Portugal. Le club des ruinés devrait encore accueillir d ici peu d autres pays européens en attente de se ramasser une sale note de son état financier et de sa capacité a rebondir ou pas !

Écrit par : Vérité77 | 11/06/2011

Les commentaires sont fermés.