29/09/2015

Avez-vous vu "A l'Elysée, un temps de président"?

 Six mois durant, Yves Jeuland a tourné un documentaire sur la présidence de la République, diffusé lundi soir sur la chaîne française France 3. François Hollande y apparaît en animal à sang-froid face aux épreuves (les attentats, le Mali) et en président sympa avec ses collaborateurs. Mais le doc de Jeuland n'a pas comme personnage principal, ce président normal, qui subit "un temps de chien" plutôt qu'un "temps de président".

 

Au cœur de ce film se trouve un jeune communiquant Gaspard Gantzer, chargé de presse du Hollandisme qui est le vrai "héros du film". C'est le clown blanc du grand cirque de la communication à l'Elysée. L'auguste, ce serait le secrétaire général de l'Elysée, Jean-Pierre Jouyet, dont les mimiques incroyables viennent trahir l'agacement ou le contentement. Le premier dicte à des journalistes porte-crayon ce qu'il faut retenir d'un Conseil des ministres ou de la composition d'un nouveau gouvernement. Le second est le porte-plume du président à la recherche du mot pour un discours à Jean d'Ormesson à qui sera remis la Grand croix de la Légion d’honneur. Avec pour les scènes de coupe sous les lambris dorés et les petites gens qui attendent, conduisent, font le ménage, une musique qui pourrait être celle d'une piste aux étoiles ou d'un film de Tati.

 

La présidence, en mal de récit d'un quinquennat mal commencé et d'un libéral-socialisme qui n'est assumé que par Emmanuel Macron, communique. Vœux de fin d'année: discussion sans fin sur le décor, le cadre, le bureau, d'un aréopage de conseillers en image. Effarant. Dans ce palais où les grandes portes ouvertes par des huissiers font passer des ombres, l'image avale toute la lumière. Quelques dialogues pourtant disent une part de vérité. "L'acte d'autorité, c'est Valls qui le récupère", souligne un conseiller du Château inquiet. Pointe de jalousie de l'inspecteur des finances Jouyet qui a su se vendre à Sarkozy avant de revenir à son copain Hollande, au téléphone avec Macron: "C'est toi le maître maintenant". Leçon à la bonne élève Fleur Pélerin, tout juste nommée au Ministère de la culture. "Il faut que tu ailles au spectacle tous les soirs et que tu dises que c'est bien". "Va voir Lang et surtout sa femme Monique". On a pitié d'elle qui ne bronche pas à ce conseil primaire et à un second ramenant la jeune ministre au glorieux ministère Lang.

 

On ne voit pas vraiment ce qu'une présidence implique de décision dans ce documentaire. Est-ce parce que les portes se ferment aux caméras quand il s'agit de décider ou parce que Hollande, comme Mitterrand; laisse les choses dérouler leur logique et les conseillers dérouler leurs arguments sans vraiment décider. Quand Mitterrand le Florentin tranchait, Hollande fait la synthèse.

 

Deux moments forts de ce quinquennat sortent de ce film: l'invitation à ces dizaines de chefs d’Etat qui défilèrent ensemble après l'attentat de Charlie, la décision presque intuitive du président d'engager les troupes françaises pour stopper les djihadistes au Mali, "le moment le plus fort, jusqu'ici" de ma présidence, dira Hollande.

 

Le temps du président est compté. Ce documentaire en montre les aléas, le vide parfois, rarement la réussite. Le bilan devra être tiré en 2017, répète Hollande. Il sera alors temps de confronter la communication au bilan.

 

11:45 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Hollande. Homme de synthèse. En 2005, il l'avait confirmé en envoyant son camarade de parti Fabius au coin pour le punir d'avoir soutenu la campagne contre le TCE avec les vilains gauchos.

Homme des synthèses, qu'à cela ne tienne, que disent-elles? leur contenu S.V.P! Il est même impossible de l'extraire.

Il serait clerc de notaire que cela lui irait comme un gant. D'ailleurs, l'accidentel président n'est-il pas un grand propriétaire terrien? Un ressortissant du foncier.
C'est un homme de la propriété privée. Il ne sait pas ce que veut dire propriété de l’État ou patrimoine national, c'est bien pour cela qu'il a laissé piller son pays de tous ses fleurons industriels pendant qu'il joue au soldat de l'Otan.
C'est vraiment un homme sans envergure, un scorie de l'ENA, un errant des casernes à papa, un provincial au capitalisme médiocre.
Toutes les dorures de l’Élysée ne suffiront jamais à faire briller "Le-Président-Normal".

Pauvre France!
Pauvres Français!

Écrit par : Beatrix | 29/09/2015

Hallucinant ! Je suis resté scotché. Et j'ai longtemps pensé que c'était une farce à charge.
Je ne pensais pas que c'était grave à ce point. Et je suis persuadé que ça n'a rien à voir avec Hollande ou la France. C'est vraisemblablement le même cirque partout et il faut vraiment être un clown pour vouloir et pouvoir se prêter à pareille mascarade.
Le plus effarant c'est que le président semble considérer ce reportage comme promotionnel. Certes, on peut vérifier à quel point il est normal, et du coup plutôt touchant, mais est-ce vraiment ce qu'on attend des décideurs ?

Écrit par : Pierre Jenni | 29/09/2015

Les commentaires sont fermés.