05/11/2015

René Girard, philosophe du rituel et du désir

Le penseur français René Girard est mort. Celui qu'on appelle le Darwin des sciences-humaines passe pour n'être qu'un philosophe chrétien. Erreur, il est beaucoup plus que cela. C'est d'abord un penseur de la religion comme ritualisation et abstraction des violences humaines afin de rendre la vie en société plus paisible. Sa théorie du bouc émissaire n'est pas une croyance, elle explique comme les hommes ont inventé le sacrifice du Christ en croix pour éviter le sacrifice des vivants, fussent-ils des agneaux.

Le philosophe qui aimait tant la littérature, y puisant ce que les essais ont du mal à cerner des émotions humains, a aussi développé une théorie du désir mimétique, qui fait de l'homme un être jaloux. Plus qu'un philosophe de la croyance ou de la soumission à Dieu, il est le penseur du rituel comme nécessité du vivre ensemble et du désir comme moteur de l'homme, quand l'Eglise a passé son temps à vouloir le brider.

 

Très connu et étudié dans les universités américaines, il n'a pas toujours été lu par les étudiants français berés au structuralisme et au marxisme. Il fut cependant reconnu puisqu'il entrait à l'Académie française, temple de la langue française, qu'il pratique merveilleusement bien à l'écrit.

 

14:26 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

Le Christ en croix, s'il le fut (réfuté par le coran) empêcha-t-il Auschwitz ou toutes les horreurs d'hier comme d'aujourd'hui?
En prenant les choses comme on nous dit en Jésus Dieu se serait fait homme.
Pourquoi sinon pour voir de plus près ce que "condition humaine" signifie mais se serait fait homme une fois ou, par réincarnations, par exemple, de multiples fois, ou vies, pour voir la condition humaine des hommes, des femmes, des riches, des pauvres... Des beaux, des laids, extrêmement doués, moins, etc.

Mais ensuite?

En vue de l'envoi d'un futur Maître spirituel (peut-être un homme, une femme, un enfant, un artiste, etc.)pour nous permettre d'évoluer mieux que nous ne faisons aujourd'hui. Dieu nous accordant ainsi son propre "suivi"?

Simple imagination à partir de ce qui nous a, à tort ou à raison, été enseigné.

De la nécessité de vivre ensemble que vous évoquez de ce philosophe, René Girard, le désir comme "moteur de l'homme" à force, à la longue, jamais, lors des conquêtes, assouvissant ne risque-t-il pas de s'épuiser?

Lassitude... y compris les "rituels" sexuels?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 05/11/2015

"Celui qu'on appelle le Darwin des sciences-humaines"
"on", ne serait-ce pas Michel Serres ? Cela fait peu pour "on", même si certains l'ont suivi.

Écrit par : Mère-Grand | 06/11/2015

Je m'explique, si c'est nécessaire: Darwin a fait de la science. Girard des "sciences humaines". Michel Serres, ami de Girard, n'a pas respecté cette distinction fondamentale, du point de vue épistémologique, et il a eu tort: on ne peut pas discuter ou disputer des preuves et vérifications proposées pour la théorie de l'un comme on peut le faire pour la théorie de l'autre.
Par conséquent, l'appellation proposée est mal venue et même dangereuse d'un point de vue intellectuel.

Écrit par : Mère-Grand | 06/11/2015

Il n'y a pas "commentaires 0"! mais, certes, il faut prendre son temps, peser le pour, le contre ou simplement que l'on est ailleurs et avec pas le temps voire possibilité d'aborder les commentaires... Qui trouverait quelque chose à redire, qui se plaindrait, qui viendrait semer quelques graines de doute?!

Admirons l'auteur du blog.
On en connaît d'autres qui "simplifient" en indiquant "fermés les commentaires":

Diantre!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 06/11/2015

Les commentaires sont fermés.