03/12/2012

Blonde ou brune, la droite?

droite brune.jpgEntre la droite décomplexée et un Front national dédiabolisé, il n'y a désormais rien qui empêche l'union. Telle est la thèse du livre de Renaud Dély, ci-devant patron de la rédaction du Nouvel Obs. Cette convergence des thématiques, l'auteur nous la rappelle en quatre temps. Dans un premier quart du livre, le journaliste nous rappelle les tabous tombés durant le quinquennat de Sarkozy. Deuxième temps: portrait de Patrick Buisson, idéologue en chef de ce sarkozysme qui défigure la droite. Troisième temps: la fausse révolution du FN couleur marine. Quatrième temps: retour sur un flirt qui fut très chaud aux régionales de 1998 et sur la montée d'une droite populiste en Europe. Ecrit sans génie, ce livre de synthèse, sans surprise, ni scoop, bien qu'il soit publié dans la collection Enquête de Flammarion, n'amène pas grand chose de plus que la lecture de la presse tirant le bilan du Sarkozysme et du Marinisme lepénien lors de la présidentielle. Depuis la rédaction de l'ouvrage, il y a eu la crise à l'UMP qui court encore. Elle amène à la fois du grain à moudre à Dély mais elle fragilise aussi sa démonstration. Oui, la droite forte de Guillaume Pelletier, enfant de Buissson, passé du FN à de Villiers avant de rejoindre Sarkozy a fait un bon score chez les militants (28%) et arrive en tête. Cependant, on constate que la moitié du parti ne se reconnaît pas dans ce positionnement "décomplexé". Faut-il rappeler qu'en 1998, ce ne sont pas des élus RPR mais bien des UDF qui ont fait alliance ou accepté l'élection avec les suffrages frontistes (Jacques Blanc en Languedoc-Roussillon, en Bourgogne, Charles Millon en Rhône-Alpes, Charles Baur en Picardie). Tous ont été exclus. Tous les leaders de premier plan à l'UMP l'ont répété: ils ne feront pas alliance avec le FN qui a toujours fait de l'UMP son principal adversaire, conscient qu'ils labouraient les mêmes terres électorales. Renaud Dély pourrait le rappeler. Enfin, la guerre actuelle des chefs complique un peu plus la donne. Après moultes défaites électorales, la droite a perdu la boussole, certes. Une recomposition est en cours. Mais il n'est pas certain que le gros des troupes se retrouve dans un parti de droite brune. Bien malin qui peut dire ce dont elle accouchera. Pour dire la vérité et avec un peu d'humour, on peut même se demander si la droite française n'est pas de ces blondes qui inspirent tant d'histoires drôles. Plutôt que cette brune ténébreuse décrite par Dély. 

"La droite brune UMP-FN: les secrets d'une liaison fatale" chez Flammarion enquête, 269 pages, octobre 2012.