13/11/2015

Le discours viral de l'extrême droite

Dans le cadre de sa campagne des régionales en région Nord-Pas de Calais-Picardie, la cheffe du Front national, candidate dans cette région, a parlé d' "éradiquer la migration microbienne". Sur la fréquence nordique de Radio France, Marine Le Pen a fait semblant de se justifier sur le fond en évoquant une étude épidémiologique de l'Institut national de veille sanitaire.

 

L'auteur de l'étude en question a réfuté par la suite l'interprétation "sortie de son contexte" et l'utilisation idéologique (qu'elle ne partage pas) de son étude. Mais peu importe pour la leader du FN, car cette justification a posteriori n'est pas si importante que cela. L'important pour elle, c'est le vocabulaire, les mots choisis. Or, un des invariants de l'extrême droite est l'utilisation du vocabulaire médical et de références à des maladies du corps social.

 

Louis-Ferdinand Céline parlait des juifs comme des "microbes sociaux" dans ses pamphlets antisémites. L'extrême droite a toujours utilisé la peur de la maladie apportée par l'Autre et l'image idéalisée du corps sain (de l'Aryen, du blanc, du fasciste etc) dans ses discours. Dans les années Sida, les métaphores n'ont pas manqué à l'extrême droite de l'échiquier politique.

 

Lors de cette crise migratoire, qui n'est pas lieu de nier ici, les sites d'extrême droite s'excitent sur la drépanocytose, qui assimile une maladie aux migrants. Les décodeurs du Monde lui consacraient d'ailleurs une chronique. La contagion des immigrés, brandie par l’extrême droite dans un nombre croissant de discours vient aussi nourrir leur théorie du remplacement des populations "autochtones" par des "étrangers". On retrouve la mention de cette maladie sur de nombreux sites et commentaires ou messages sur les réseaux sociaux. 

 

La vision biologique de la société est partagée par l'extrême droite au travers de différentes périodes de l'histoire contemporaine. Le fantasme du corps sain et de la maladie invasive n'est pas prêt de disparaître du discours de l'ultradroite. C'est dans ses gênes. 

18:13 | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : le pen, migration, microbienne, france, politique, extreme droite | |  Facebook

26/12/2012

Un Sarkozy qu'il avait vu grand

imagesCA0UQLS1.jpgHenri Guaino aime les mots. Et la poésie "qu'on dit comme des prières". La plume de Nicolas Sarkozy n'a cependant pas toujours été comprise. Discours de Dakar, discours de Grenoble, bilan d'un quinquennat revisité à l'ambition d'un Républicain authentique, mais un peu déçu au fond: l'éminence grise a repris le chemin de la page blanche pour expliquer. Il le fait dans un dialogue avec son vieil instituteur (revisitant tout les temps forts d'une présidence) trop près de l'impérieuse nécessité d'argumenter point par point, pour être tout à fait vrai. On imagine pourtant très bien ce fils d'une femme de ménage, pétri par cette école de la République qui lui a donné le goût de la poésie, l'amour d'un peuple, d'une nation, d'un pays, reprendre le chemin des écoliers en hommage à son maître. Après ce hussard noir, l'inspirateur fut de Gaulle, l'homme qui a dit non au renoncement, qui a voulu la France du côté des vainqueurs, l'inventeur inspiré d'une France résistante plus grande qu'elle ne fut sans doute. Il fait l'ouverture du livre, comme on pose des fondations. 

Dès les premières pages, on retrouve l'anaphore de l'homme de discours." Vous souvenez-vous?", écrit et réécrit Guaino. Lui, se souvient. Et met en garde. Contre l'abaissement de l'Etat face aux féodalités, aux corporatismes, aux corps intermédiaires. Ces corps si étrangers à sa culture politique. Si nécessaires pourtant quand il s'agit de négocier le changement social. Pour lui, Hollande, c'est le retour aux petits arrangements de la IVe République, la gauche "Mollet" comme il l'appelle en référence au vieux chef de la SFIO. Puisse-t-il avoir tort pour le bien du pays. Homme de combat, Guaino ne passe rien à la gauche. Normal. Mais n'a-t-il pas trop passé à la droite? Car à la lecture du livre, on sent aussi ses déceptions, toutes les occasions manquées du pari qu'il a fait sur Sarkozy qu'il a voulu si grand.

L'hommage à Séguin, touchant, en fin d'ouvrage, vous situe le bonhomme. Il est de cette droite-là, Guaino: celle qui n'a pas oublié le peuple, qui en vient, qui n'a ni l'amour de l'argent, ni celui des côteries de la bourgeoisie. Après la défaite de son candidat, celui qu'il avait si bien paré de mots en 2007 - et dont on sent bien qu'il lui reproche des mots de trop en 2012 (sauf celui de frontière) - fait son bilan du Sarkozysme. "Avons-nous fait tout cela pour rien?", s'interroge le battu. "Non", dit-il aussitôt, car on verra plus tard que ce bilan vaut mieux que les haines qui se sont déchaînées. Voyons donc avec lui. Oui, Sarkozy a bougé les lignes. Mais il a divisé. Oui, il a réintégré les grands noms de la gauche dans l'héritage républicain de la droite. Tant mieux. Le Fouquet's, Guaino le met un peu facilement sur le compte d'une séparation qui a bouleversé le jeune président. Admettons. A-t-il pour autant renoncé à paraître, Nicolas 1er? Pas sûr. On a beaucoup reproché à Sarkozy et à Guaino donc, le discours de Dakar. Le porte-plume s'en explique. Sa phrase sur "l'homme africain qui ne serait pas entré dans l'histoire" était un écho à celle d'Aimé Césaire disant "Laissez entrer les peuples noirs sur la grande scène de l'Histoire". Il y a de la maladresse dans cette phrase. Elle serait passée inaperçue si cette histoire africaine était racontée comme le fait le grand historien Arnold Toynbee dans "La grande aventure de l'humanité", un livre qui dit l'histoire du monde sans eurocentrisme. Mais hélas, ce n'est pas cette histoire que l'on a appris. Malentendu. Puis vient un chapitre sur la dépolitisation du monde, celle d'une gauche démocrate, jugée anti-républicaine au fond. Que dirait-il d'un Michel Rocard? D'un Mendès France? D'un Séguin, même? Aussi attachés à l'Etat qu'à cette démocratie s'exprimant à tous les étages. Ce serait oublier que la politique, c'est le destin que se font les hommes, une tragédie, toujours, ajoute Guaino, volontaire par désespoir. Il y a en effet du moindre mal dans le bilan qu'il dresse du Sarkozysme. Cela aurait été pire sans lui, en France, en Europe, et surtout sans le G20. Le monde était au bord du précipice. Les Français avaient donc souscrit une assurance, au lieu d'élire un sauveur comme ils le croyaient. Et la laïcité, menacée elle aussi? L'écrivain nocturne regrette cette phrase du "curé supérieur à l'instituteur" et même la laicité positive, vite remisée aux oubliettes. En homme de droite, Henri Guaino dit ensuite sa détestation de l'esprit hérité de 68 qui n'a pas préparé la jeunesse au malheur d'une crise qui l'abîme. Mais le gaullisme l'avait-elle préparé à l'individualisme et à l'émancipation qui lui a redonné une place? Oui, Pompidou et Chaban y ont pensé. Mais ont-ils vraiment osé? Viient ensuite le chapitre sur l'OTAN, sur l'Europe et l'international. La défense européenne? "Au moins, nous aurons essayé", écrit Guaino. Le capitalisme contre la finance? Au moins, nous aurons essayé, pourrait-on écrire à sa place. Mais voilà, écrit Guaino, "nous n'étions pas seuls". Va pour la critique d'une gauche qui pense tout résoudre par la redistribution. Trop simple, en effet. Mais la résistance contre l'austérité de Sarkozy dont il parle, qu'est-elle devenue? "La France a subi les politiques des autres", ajoute-t-il. Et cela continue.

Fier, Henri Guaino l'est de tous ces combats du "vouloir" contre le "renoncement". Cela le rend sympathique. Car l'impuissance ne l'est pas. L'Union pour la Méditerranée, le Grand Paris, le Grand Emprunt, le Fonds stratégique d'investissement, les écoles de la second chance. Pas mal en effet sur le papier.  En homme honnête, il conviendra que tout n'a pas marché. En lecteur honnête, on ajoutera que tout n'était pas à jeter, qu'il y a même la réussite du Grand emprunt et qu'il faudrait bien reprendre quelques uns des autres chantiers. Au fond, la politique, c'est cela, conclut-il "semer sans savoir ce que l'on va récolter". La République est semeuse. Mais Marianne demeure une rebelle. 

Un mot enfin sur tout autre chose. Sur Henri, l'enfant devenu grand. Quand il parle du "devoir d'orgueil" d'une mère parfois trop rigide avec son fils, cela réveille quelque chose chez tout enfant de milieu modeste. Quand il cite le "Premier homme" d'Albert Camus, "un livre qui parlait de moi", on ressent sa sincérité. Quand il cite des vers d'Hugo, on pressent qu'il les sait par coeur. Ce Guaino est touchant, comme son attachement à ce président qu'il avait vu plus grand qu'il ne fut. En vrai gaulliste. 

"La nuit et le jour" Henri Guaino, septembre 2012, Editions Plon. 

27/06/2012

FOG et les présidents. Sans langue de bois

9782081282568.gifS'il avait pu lire ces "Derniers carnets" de Franz-Olivier Giesbert, François Mitterand aurait reproché à FOG d'avoir encore commis une de ses "pochades politiques" au lieu de se consacrer à la littérature, la vraie. Ces carnets sont une pochade, en effet, qu'on lit vite et avec plaisir. Car FOG a atteint ce moment de la vie où le jeu du pouvoir n'a plus guère d'intérêt et où un individu libre n'a plus grand chose à perdre. Après les repas partagés avec les trois derniers présidents de la République, FOG a pris soin de noter ses conversations avec Nicolas Sarkozy, Jacques Chirac et François Mitterrand. Ce dernier, pétri de soucis métaphysiques, qui a appris "la vie" au journaliste dans les années 80 et "la mort" dans les années 90, lors de conversations à bâtons rompus, est le plus talentueux des trois. "On ne pourra pas dire que je n'ai pas été résistant... au cancer", lui lâche le vieil homme souffrant, brocardé pour son amitié avec Bousquet, un homme de Vichy. Sa méchanceté, Mitterrand la réserve aux siens. Et les quelques formules qui suivent font souvent mouche. Fabius? "J'ai beaucoup misé sur lui mais c'est une chiffe molle". Rocard? "Il ne décide rien, il négocie tout. Il a dépassé depuis longtemps son niveau de compétence qui est celui d'un secrétaire d'Etat aux PTT". Delors? "C'est un chrétien, un vrai. Il n'agit que par devoir. Ce serait un mauvais candidat et un mauvais président. Dieu merci, il le sait". DSK? "Un jouisseur sans destin". Martine Aubry? "Elle est trop méchante pour réussir. Un jour, elle se noiera dans son fiel". Kouchner? "Un GO égaré en politique. Vous verrez, il finira là où était sa vraie place: au Club Méditerranée". Mais la plus grande partie de ces carnets sont consacrés à Nicolas Sarkozy qui n'a eu de cesse de demander la tête de FOG à ses patrons. Les mots sont durs: "Sarkozy n'est fort qu'avec les faibles, les petits et les obligés". C'est FOG qui écrit.. "S'il sent qu'il peut y avoir du répondant, il biaise, il balise". Et le journaliste qui avoue qu'il a une partie de son cerveau qui pense à gauche et une autre à droite, passé sans encombre du Nouvel Obs au Figaro de raconter que le président "l'a insulté, menacé de lui casser la gueule et traité d'enculé au téléphone". Autant de décorations d'indépendance à l'égard du pouvoir pour le journaliste politique qui n'a jamais courru après les breloques de la républiques ou les titres. Sur l'homme qui courrait après ses jambes, ce Forrest Gump de la politique, FOG reconnaît qu'il a parfois été injuste, trouvant que son bilan au fond n'est pas si maigre. Il liste quatre réforme. Et voilà le mauvais coucheur qui reprend le dessus: après ça, j'ai beau chercher, je rame. Puis il laisse la parole à François Fillon. "Chirac, dit-il donnait l'impression d'être un type sympa, il vous prenait par le bras, il vous faisait des risettes, et puis il vous tuait par surprise, dans un coin, sous un porche. Sarkozy a l'air d'un type violent, il vous menace, il vous agonit d'injures, mais à la fin, il ne vous tue pas, il n'essaye même pas".

Dans le livre, FOG évoque aussi une amitié ancienne et sincère pour le socialiste Pierre Mauroy. Les autres? Il ne les ménage pas. Particulièrement Balladur qui a plombé les comptes de l'Etat. On voit aussi VGE qui sous-entend qu'il pourrait faire chanter FOG sur ses "écarts" de couple que le journaliste confesse aujourd'hui sans pudeur. Pas brillant. On retiendra aussi la confession de Chirac daté de 1996. "Pendant les 30 Glorieuses, on a payé la croissance avec de l'inflation et du déficit. C'était facile, on était les rois du monde, les pays pauvres payaient nos turpitudes à notre place. Sans oublier nos classes défavorisées qu'on roulait dans la farine: elles aussi réglaient l'addition puisqu'avec l'inflation, on carottait leurs salaires et elles économisaient toute leur vie pour rien". Après ce constat cynique, Chirac prévient: "Si on ne continue pas une politique de remise à niveau, on va dégringoler la pense du déclin". Et plein de forfanterie: "j'entends bien les cris d'orfraie de tous ces connards qui voudraient que rien ne bouge, ils peut-être majoritaires dans le pays, mains on ne doit pas se laisser intimider par eux, c'est une erreur que je ne commettrais pas". On connaît la suite.

Tous ceux qui aiment la politique débarrassée de sa langue de bois vont aimer ces derniers carnets de FOG. Si, si, il le jure, c'est sa dernière pochade. Après il retourne à la littérature, la vraie. Ca va mieux en le disant, non?

"Derniers carnets, scènes de la vie politique en 2012 et avant" de Franz-Olivier Giesbert, chez Flammarion, 213 pages.

   

17/02/2012

L'après Obama

9782746715509.jpgSi vous faites partie de ces gens que les Etats-Unis passionnent et qui suivent, même de loin la présidentielle américaine, lancée par les primaires républicaines, ouvrez sans attendre le livre d'Amy K.Greene sur "L'Amérique après Obama" chez Autrement. Cette blogeuse qui publie sur Potusphere, diplômée de Sciences-Po Paris et de l'université de Pennsylvanie, nous livre un portrait de l'Amérique et de sa transformation qui fera de ce pays, un Etat peuplé pour moitié de non-blancs en 2020. Le récit commence par un portrait bilan du président démocrate, qui suscita de fols espoirs et une haine irrationnelle. Il parle aussi décalage entre le pays réel et son élite. Décrivant la violence de la société américaine et l'appauvrissement d'Etat très endettés. L'auteur nous décrit ainsi des Etats à la dérive comme le Dakota du Sud, l'Alabama ou le Michigan, où le bitume est parfois remplacé par du gravier, par des municipalités plombées par les dettes,  ou encore les "rolling borownouts", des roulements en baisse, et les fermetures de casernes de pompiers pour faire quelques économies sur l'urgence. Ou encore de l'explosion du retour à l'emploi contraint chez les plus de 65 ans, qui n'ont plus les moyens de vivre (2 millions de plus entre 2002 et 2011). Suit une définition du "bon Américain" que tout président se doit d'incarner: il doit ainsi justifier de son brevet en capitalisme (et sur ce point Obama est perçu comme trop socialiste et européen, notamment pour avoir installé une aide médicale d'Etat). Mais aussi faire preuve d'individualisme et de foi religieuse dans ses convictions. Expliquant la victoire de 2008 d'un Obama, qui a su mobiliser les composantes habituelles du camp démocrate, attirer les électeurs indépendants, les indécis, et progresser y compris dans l'électorat du camp adverse, l'auteur pèse aussi ses chances de retrouver cette martingale, moins évidente cette fois. Car le manque de lisibilité de sa réforme de la santé et de sa gestion de la crise lui ont fait perdre les élections intermédiaires en novembre 2010 au Congrès, les Américains moyens estimant qu'il n'avait pas amélioré leur quotidien. L'altérité d'Obama a été alors exploitée par la vague du Tea party à la droite de la droite et ceux qui mettent contre toute évidence en cause sa nationalité (les birthers). En face, les Républicains sont en train de choisir leur candidat. Les portraits qu'en dresse Amy Greene sont parfaits. Mais son livre va plus loin et s'intéresse aux futures figures de la politique américaine, dans chaque camp. Des "youngs guns" comme Paul Ryan, le faucon du budget, le plus dangereux adversaire des démocrates sur ce terrain ; Marco Rubio, celui qu'on surnomme l'Obama républicain ; Andrew Cuomo, un démocrate progressiste qui pourrait être dans la course en 2016 ; Deval Patrick, premier gouverneur noir du Massachussetts, l'Etat des Kennedy. Le livre se termine sur une description du nouveau visage d' une Amérique, très clivée entre celle qui a soutenu Obama et sa vision de l'inclusion sociale, prête à s'adapter au monde et celle qui viellit et campe en gardienne nostalgique des valeurs qui font l'Amérique. Ce clivage se traduit aussi entre les "baby boomers" et les "millennials", ceux qui sont nés après-guerre jusue dans les années 60 et ceux qui sont nés  entre 1980 et 2000. L'auteur envisage enfin deux scénarios, celui de la défaite d'Obama, et celui de sa réélection avec justesse. A lire d'ici novembre et la présidentielle, of course.

"L'Amérique après Obama" Amy K. Greene Editions Autrement, 182 pages, 2011. 

11/06/2011

Fille à papa

images.jpgIl y a Le Pen. Et il y a Marine. Les sondages lui promettent une bonne place à la présidentielle de 2012. Au pire, la troisième. Elle incarnerait aujourd'hui un Front national "dédiabolisé", débarrassé de ses nostalgies antifrançaises ou coloniales: Pétain, la collaboration, l'OAS. Ou même des skinheads. La dame a un certain talent, comme son père. Pour Caroline Fourest et Flammetta Venner, le visage avenant de la fille du vieux chef n'est qu'un masque. Mais le masque de quoi? C'est peut-être sur ce chapitre que cette biographie trouve sa limite. A force de détailler la personnalité d'une Marine qui a fait d'un nom difficile à porter dans l'enfance et l'adolescence, son étendard, les deux journalistes négligent un peu le contexte. Celui d'une mutation partisane qui a fait évoluer ou naître dans toute l'Europe des formations populistes, défendant désormais une identité étriquée contre un pseudo complot favorisant l'islamisation du Vieux-Continent. Les deux auteures évoquent d'ailleurs à deux reprises l'UDC suisse dont Marine Le Pen fait volontiers un modèle pour le FN. Autant dire que ce "nouveau FN" doit moins à cette Marine qu'à la crise et à l'air du temps européen.

La nouvelle jeune d'Arc française veut donc bouter hors de France les envahisseurs. En réalité, elle a surtout fait partir des militants frontistes qui ne se reconnaissent plus dans un parti qu'ils nomment  d'ailleurs le Front famillial. Les militants du FN qui étaient 45 000 en 1998, ne seraient plus qu'une dizaine de milliers, dix ans après. Ce qui n'empèchera sans doute pas Marine Le Pen de faire un score à deux chiffres à la présidentielle de 2012. Il vaudrait mieux pour elle, d'ailleurs, car le parti en quasi faillite aura bien besoin de l'argent public généreusement distribué par la République aux participants des joutes démocratique pour continuer à nourrir la famille. Si on ajoute à cette hémorragie des cadres, un programme construit sur du sable, comme le montrent les deux auteures, le Front national est mal parti. Même si Marine le veut plus séduisant.

 Marine, comme son père et d'autres proches vit du Front national. Avocate, elle fut grassement rémunérée par le parti et attend l'héritage. Son entourage formé par la famille, d'anciens du GUD (le groupuscule d'étudiants d'extrême droite créé pour faire le coup de poing avec les soixanthuitards à Paris), d'anciens mégretistes rentrés aux bercailles et de jeunes bourgeois fêtards prêts à s'encanailler en politique, n'est pas aussi folklorique que celui son père. Le menhir était en effet entouré d'une faune mêlant d'anciens Waffen SS, des curés intégristes, des soldats perdus de l'Algérie française, ou des camelots du roi.  Les plus cultivés d'entre eux appellent Marine, la nightcleubeuse. Pas gentil. Cette famille de la droite radicale, toujours prête à se déchirer, ne rate pas la nouvelle venue: "Marine Le Pen représente par excellence l'ère du vide. Les médias se l'arrachent parce qu'elle est deux fois divorcée, pour l'avortement et le Pacs, ce qui pour eux est un gage de modernité".

 Marine, ce sont les hommes du FN qui en parlent le mieux. Ca va mieux en le disant, non?

"Marine Le Pen" par Caroline Fourest et Fiammetta Venner, Biographie, Grasset, 428 pages, 2011