Quelques minutes de futilité (25/04/2016)

téléchargement.jpgAh les coulisses de la politique! On aimerait y être et tout entendre, savoir ce qui dirige les choix, comment nait un projet de loi, quelles confrontations se préparent. D'Anna Cabana, journaliste politique au Point et habile portraitiste, on pouvait s'attendre à un livre qui serait du Philippe Meyer dans la ciselure du portrait et du Christophe Barbier, dans la pertinence de l'analyse. Las. La promesse de quelques minutes de vérité -le titre de l'ouvrage- est vite déçue.

 

On assiste aux aventures banales d'une journaliste qui rate son enregistrement lors d'un entretien, qui se fait virer par un interlocuteur à qui elle pose les questions qui fâchent, qui renonce à écrire un chapitre (non sans tartiner des mots vides sur l'épisode) pour ne pas trahir la confession trop lourde d'un sujet. La journaliste se montre aussi satisfaite et quelque peu impressionnée d'être quelques minutes avec ceux qui font l'actualité: l'éditeur n'a d'ailleurs pas trouvé mieux pour le bandeau de promo: une liste de noms pour allécher le lecteur.

Qu'apprend-t-on de plus? Que Fabius a eu une relation avec Carla Bruni avant Sarkozy, que Vincent Peillon fait un complexe de supériorité, que Villepin ne bande pas comme Sarkozy derrière un pupitre de meeting, que Xavier Bertrand revendique d'être un plouc, que Jean-Louis Debré a de la sympathie pour Hollande et que beaucoup de politiques ont de la haine pour leurs pairs. La belle affaire. Au bout de quelques minutes de lecture (une heure à peine pour arriver à la dernière page), on se dit qu'on aurait pu se passer de ces quelques minutes de futilité. 

11:58 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook